Épisode #13 de notre série des artistes confinés, . Alain Galet, Lookace Bamber, Michèle Katz, Laura Hirrenau, ayant exposé à la Biennale de Gentilly.

Durant le confinement…

Les artistes continuent leur travail, avec ou sans atelier. Avec ou sans matériel… Sans possibilité d’exposer dans l’immédiat. Il faut que les artistes restent visibles et que leur travail circule un peu partout sur les réseaux. En cette période période de confinement, nous servirons de relais pour tous.

pourquoi faisons-nous cela ?

Chaque épisode présente 5 ou 6 artistes, certains ont participé à la Biennale, d’autres nous suivent de près.

Artistes participants

1- Alain Galet

Artiste sélectionné de la Biennale 2019

alain-galet.com

Confinement, isolement.
Les îles, symboles de cet état de confinement et d’isolement ont trouvé chez moi une résonance très particulière en ce temps ou nous semblons être dans l’amorce d’un changement de société nécessaire, et dramatique dans son injonction.

Les trois derniers images sont des Iles confinement.

En ces temps de confinement :

  • Qu’est-ce que j’ai envie de lire en ce moment ?
  • « A rebours » de Huysmans suivi des « Propos sur la peinture du Moine Citrouille-Amère » de Pierre Ryckmans.
  • Qu’est ce que j’ai envie d’écouter ?
  • Camille Saint Saens, Wilhelm Stenhammar, Berlioz….
  • Un film ? J’ai envie de voir/revoir :
  • Hamlet de Laurence Olivier
  • Ce que j’ai envie de faire ?
  • Travailler sur mes dessins et mes images, graver et jouir du calme et de ce confinement pour créer.

2 – Lookace Bamber

Artiste sélectionné de la Biennale 2019

lookacebamber

Je compose aujourd’hui l’émergence d’images mentales. Mettre un doigt sur l’immatériel langage poétique et dire merde au réel.

À l’inverse d’un peintre célèbre, je cherche mais ne trouve pas
ce que je cherche.
Le nomade que je suis, dérive sur le flux et les reflux de ses hésitations. Une mer désespérée sans horizon.
Un fleuve et la source de mes limons. Mon bateau ivre.
Je m’enivre de ces envahissantes pérégrinations.
Sur le pont de mes incertitudes surgissent, hasardeuses, les lumières de mes ténèbres. Étrange sentiment de perte.
Cataplasmes d’aurores boréales et d’autres bizarreries.
Ces lettres se muent en papiers intimes et elles se déclinent en multiples saisons. C’est mon verger d’arbres fruitiers.
Elles sont le continuum de mon travail.

Je donne à voir sans filtre l’état de mes limites : le regard tendre de mes amours et l’amer de mes désamours, figures de mon continent noir. J’éponge la douleur du monde dans la cruelle beauté d’un trait.
Au bord du doute, je poste ces images.
J’attends la ou les réponses. Quelles que soient les réponses,
j’ai besoin de ces échanges. Ils me questionnent.
C’est le miroir d’un temps et de son envers.
Nous le traversons parfois.
Mais que voyons-nous réellement ?
Le temps absurde d’un songe confiné des beautés mortifères.

Loookace Bamber. Amiens 2020

3 – Michèle Katz

Artiste sélectionnée de la Biennale 2017

michelekatz-peintre

Mémoire, mémoire….
Que me restera-t-il, à 84 ans, lorsque je pourrai revoir ma famille et mes amis?
Les humains ont appris à retarder la mort par le vieillissement.
Il leur reste beaucoup à apprendre.


1/ Empreinte au Désert
Traces de pas sur le sable…
 Rêve d’évasion. Format 57x74cm 

2/ Rêves
Dessin et montage 2 portraits.
Rêver devant la lune d’un équilibre instable. 
Format 50x65cm sur papier

3/ Rencontre
.Seul le hasard permet une rencontre…
En temps de confinement ?
Portraits et montage.
Format 50×65 Cm sur papier.

4/ Étreinte
Le poète Paul Eluard a écrit :
« L’étreinte des mains est légère »..
Format : 44x61cm

5/ Portraits,
Amitié, Montage, dessin et photocopie.
Deux portraits  hétérogènes se touchent.
Format 50×65 cm

Collages sur Papier, 2020

  1. Empreinte au Désert, 57×74  cm
  2. Rêves, 75×60  cm
  3. Rencontre, 50×65  cm
  4. Étreinte, 47x 61 cm
  5. Portraits, 50×65 cm


               

4 – Laura Hirrenau

Artiste sélectionnée de la Biennale 2017

hirennau.fr

« Work in progress » sur la thématique de la cité Picasso/Tours Nuages de Nanterre.
Stylo bille, transfert et gravure sur tetrapack imprimé sur papier Fabriano Artistico, 76×56 cm.