Laura Sánchez Filomeno

installation, Broderies en cheveux décolorés et recolorés sur soie.

Laura Sánchez Filomeno

Laura Sánchez Filomeno (Lima, 1975) est une artiste plasticienne titulaire d’un doctorat ainsi comme le Master II et Maîtrise en Arts Plastiques et Sciences de L’Art de l’Université Paris I, Panthéon- Sorbonne. Elle est aussi titulaire du D.N.S.E.P à l’Ecole Supérieure des Beaux-arts du Mans. Elle forme partie du Collectif d’artistes Fiber Art Fever. Elle a remporté le Prix d’Arts plastiques au sein du festival « Ici et Demain » en 2007. Entres ses dernières expositions se trouvent la Biennale Contextile, Palacio Vila Flor, Guimarães, Portugal (2016) où elle a remportée une mention ainsi que le prix acquisition ASM, Biennale de Cachan, à l’Orangerie, Cachan, France (2016), ComparArt, Musée de la Nation à Lima, Pérou (2016), Naturales Historiae – Histoires Naturelles, La Cachotterie, Cachan (2016),Salon Objet céramique/textile, Manufacture, Roubaix (2015). Prochainement, elle va exposer à la XI Triennale internationale des mini-textiles, Musée Jean Luçart, Angers (Juin 2017) et en août 2017 elle est l’artiste invité à la Maison Tadashi Kawamata, Saint-Thélo, France, dans le cadre de la résidence Détissages.

 

Dans son investigation artistique, Laura Sánchez Filomeno s’interroge sur l’hybridité dans son œuvre, à la beauté impure et aux cabinets de curiosités. Les résidus organiques comme les cheveux font partie intégrante de ses matériaux de base et en les manipulant, elle leur donne une nouvelle existence.
Son intention est de camoufler sa provenance et de créer des œuvres qui sont pourvues d’un nouveau sens, d’une nouvelle beauté. Mais la découverte de sa matière première dévoile le côté caché de sa recherche artistique, celle de la mort, de la falsification et de la tromperie.

Dans son œuvre on peut voir les deux « côtés du miroir » comme celui de l’attirance et de la répulsion, le sublime et l’obscène, le sacré et le profane, qui reflètent le constat d’une dualité présent dans toute sa recherche plastique.

 

Share This